11 mai 2017
fr

Châtillon et merveilles : recette d’un succès

En France, dans le triangle perdu entre Grenoble, Gap et Valence, il y a un petit village médiéval perdu entre montagnes et vignobles. Le trajet pour y arriver n’est pas des plus facile, mais ce petit havre de verdure est envahi une fois l’an en mai, par des danseurs venus d’un peu partout en Europe. Ce festival est très particulier pour moi, tout d’abord parce que c’est ma région d’origine et que j’aime la voir mise en valeur, mais également parce que cet événement a su s’imposer avec son charme si particulier et son dynamisme, comme l’un des festivals phare de la saison folk, avec ce petit truc en plus qui fait que tout le monde tombe sous son charme…

FranceChatillonChaque festival a sa signature personnelle et unique, certains comme Dansstage vont se focaliser sur la qualité de l’enseignement, d’autre vont promouvoir l’ouverture sur des danses multiples comme Andancas  au Portugal. La Nuit du Folk Dioise est, elle, construite sur le modèle du camp de vacances rigolo et déjanté avec de la super musique. En allant de festivals en festivals, j’ai rencontré Manu and Rosemarie, membres du Comité d’organisation de la Nuit du Folk Dioise. Devant une bière nous avons discuté de ce qui fait de leur festival une réussite reconnue.

Premiers ingrédients : une programmation d’enfer et des costumes kitsch

La première chose à savoir sur Châtillon, c’est que le festival a lieu du mercredi soir au samedi soir, avec remballage le dimanche. Relativement long donc, avec une programmation de grande qualité, à tendance très neo.  Le festival est ouvert aux nouvelles sonorités, avec par exemple il y a deux ans une soirée spéciale Electro folk, et toujours de nouvelles idées intéressantes. De « petits groupes » (entendez par là moins connus mais toujours très chouettes) animent les entre-set en acoustique tous les soirs. La scène folk compte d’innombrables groupes et personnellement j’apprécie les festivals qui donnent une chance aux petites formations de jouer devant des foules et d’étendre leur popularité.

Au départ, quand nous avons décidé de faire ce festival, nous sommes allés à différents événements et nous avons noté les choses qui nous semblaient positives et importantes chez les autres. Nous avons fait une liste des choses que nous aimions et décidé d’un ordre de priorité en fonction de nos aspirations et de nos moyens, ce sont les règles d’or de notre festival.

  • L’HOSPITALITÉ, un accueil chaleureux est indispensable, la qualité de vie fait toute la différence pour les artistes comme pour les danseurs
  • Les groupes doivent être de bonne qualité pour que les gens soient motivés à voyager pour venir nous voir
  • Le son et le sol doivent être parfaits
  • Une « nuit » est une nuit complète, ne pas fermer les portes tant qu’il reste quelqu’un debout
  • Une belle salle avec de belles décorations pour avoir une belle atmosphère
  • Nourriture et boissons en circuit court

Il se trouve que Châtillon dispose justement de l’une des plus grandes et des plus belles salles de la région. Nous somme super chanceux, la salle est déjà superbe en elle même, avant même que nous ayons commencé à décorer. Le village médiéval est plein de charme et toutes les commodités, le camping et les commerces, sont placées idéalement. Toutes les conditions sont réunies pour que les gens tombent amoureux des environs, et après 7 éditions nous sommes toujours super fiers de l’effet de l’endroit sur les gens.Manu & Rosemarie from Châtillon

Chaque soirée a sa propre couleur, avec un dress-code déjanté qui peut aller de disco à marin, en passant par immaculée conception. Il semble que l’esprit inventif et farceur du responsable des thèmes ne soit jamais en manque d’inspiration ! Les thèmes de 2017 sont d’ailleurs préhistorique, de viking à Louis XIV, années 80 et futuriste. Ça promet.

Julien Wieser Folkographie - Chatillon 2016
Julien Wieser Folkographie – Chatillon 2016
Julien Wieser Folkographie - Chatillon 2016
Julien Wieser Folkographie – Chatillon 2016

Ajoutez un brin de nature

Châtillon-en-Diois et ses environs sont incroyablement beaux. En conséquence les organisateurs, outre des stages organisés avec les musiciens, se sont focalisés sur l’organisation d’activités dans le village. Ils espèrent bien que les festivaliers vont en profiter pour prendre un café (et danser) sur les terrasses des cafés du village, aller au marcher, faire le tour des producteurs de vins du Diois…

Comme le cachet des musiciens n’est pas aussi élevé que nous le souhaiterions, nous avons décidé de valoriser le déplacement en proposant aux artistes de venir en résidence avant ou après le festival, pour ceux qui auraient le temps et l’envie de travailler leur répertoire. Mais étrangement les différentes tentatives de résidences ont généralement fini en siestes, bières, balades dans la forêt, pétanque… Châtillon dispose d’une atmosphère qui n’a pas l’air propice au travail.Manu & Rosemarie from Châtillon
Julien Wieser Folkographie - Chatillon 2014
Julien Wieser Folkographie – Chatillon 2014

Si vous cherchez des balades autour du village à faire pendant l’édition 2017, il est à noter qu’un bal est organisé au marché le vendredi, ainsi qu’une balade musicale jusqu’à une cave à vin de coin (la cave de Maupas) et suivie d’un bal (et bien d’autres activités organisées).  Des scènes ouvertes sont déployées un peu partout, et pour ceux qui voudraient sortir des sentiers battus, il y a tout un tas d’infos disponibles sur le site de l’Office du Tourisme.

De quoi manger… et boire !

Soyons fiers de notre tradition française, la région propose d’excellents plats et boissons ! Le Diois est particulièrement connu pour sa Clairette de Die, ce délicieux mi-champagne mi-cidre tout léger et sucré ! Il y en a d’ailleurs tout un stock qui vous attendra à la buvette du festival.

Je pense que nous avons le record de consommation des festivals folk. Au moins 150 bouteilles de Clairette et 700 litres de bière. Et pas un seul problème de nuisance. Quand nous avons démarré le festival, il a fallu un certain temps aux habitants de Châtillon pour prendre la mesure du type d’événement que nous proposions. Pendant plusieurs années le journal local annonçait une rave party : de la musique, de l’alcool, beaucoup de gens… Il leur a fallu un peu de temps pour réaliser que oui, il y a du bruit et de l’alcool mais sans nuisances…

L’an dernier nous avons organisé un concert dans le Temple avec Montanaro Cavez. Une manière de faire plus d’activités pour les villageois non danseurs, et pour faire découvrir le village aux festivaliers. C’est du pas à pas. Au début ils ne faisaient pas trop attention à nous, après quelques années ils ont porté de plus en plus d’intérêt à l’événement, et maintenant pour la 8ème édition, le festival folk est prioritaire à tout autre événement organisé dans le même temps. Nous avons également eu une évolution interne avec un renouvellement du comité d’organisation. Nous organisons aussi d’autres bals pendant l’année donc il y a aussi pas mal de boulot de ce coté.Manu & Rosemarie from Châtillon

Julien Wieser Folkographie - Chatillon 2016
Julien Wieser Folkographie – Chatillon 2016

Châtillon-en-Diois est situé dans le département de la Drôme, fameux pour ses ravioles – petits raviolis au fromage et aux herbes. Et saviez-vous que la Drôme est le département avec le plus grand nombre de fermes bios de France ? (instant culture) Si vous visitez la région pour la première fois, soyez prévenus : ça va être orgie de Ravioles, de fromage et de jambon…

Nous travaillons uniquement avec des restaurateurs bios, et du circuit court. C’est très important pour nous. Nous avons évalué qu’il y aura toujours une rotation de gens entre la salle et ceux qui vont prendre l’air ou boire un verre. Nous avons donc décidé de vraiment organiser un bar « off » avec une atmosphère unique, de la déco et de la musique qui n’ont rien à voir avec ce qui se passe à l’intérieur. L’espace bar/restauration a sa vie propre.Manu & Rosemarie from Châtillon
Julien Wieser Folkographie - Chatillon 2016
Julien Wieser Folkographie – Chatillon 2016

Comme tous les événements dont la popularité augmente, le festival de Châtillon est parfois victime de son succès : les billets de l’édition 2017 sont partis en deux jours. Mais les chances de voir le nombre de billets augmenter dans les années à venir sont plutôt réduites…

Malheureusement nous n’avons pas trop la place d’agrandir le festival. Coincés entre les montages et la rivière, nous n’avons pas de véritable solution pour installer une scène de plus, ni pour accueillir plus de campeurs. Probablement nous n’augmenteront pas la taille du festival, et nous le garderons à taille humaine. Nos pistes de développement se portent encore et toujours sur l’interaction avec le village et l’organisation d’activités en marge du festival.

Nous organisons d’ailleurs d’autres bals tout au long de l’année, plus axés sur le public local, et un gros événement de 3 soirées pour le Nouvel An. Notre ambition pour un plus gros événement serait de créer un énorme festival sur le modèle des festivals d’été. Pendant une semaine et avec toutes les associations folk de la région, avec de la musique trad, du neo, des supers groupes… Et montrer aux danseurs de toute l’Europe ce que c’est de faire la fête dans notre superbe région !Manu & Rosemarie from Châtillon